Et si on écrivait ensemble ?

Le projet consiste en l’écriture ensemble d’un cadavre exquis. Il s’agit vraiment d’un exercice où, plus on est de fous (des livres), plus on rit (avec masque surtout !).

Cet exercice se fera en groupe.

Le groupe constitué, Stéphane Aucante enverra à chacun une image et vous demandera d’envoyer en retour le premier mot qui vous viendra à l’esprit en la découvrant. Il collectera ces mots, les rassemblera en liste aléatoire, et vous proposera d’écrire un texte le plus court possible qui utilisera tous les mots de la liste. Ici, ce ne sera pas forcément le sens qui primera — amusez-vous avec les mots ! — mais le respect de la règle : pas un mot ne devra manquer. A partir d’eux, il constituera une trame commune qui deviendra donc le début de notre humble livre en forme de cadavre exquis quelque peu adapté.

Ensuite commencera l’étape la plus passionnante pour chacun : l’écriture de son propre texte (mais « cadré » par l’image d’origine et la trame de départ). Chacun écrira à son tour, selon un ordre aléatoire, et devra écrire une à deux pages en 72 heures maximum. Chaque texte lui sera envoyé pour intégration dans l’ouvrage en devenir puis envoi à un nouveau participant. Bien sûr, dans vos textes, tout propos haineux, politique, injurieux ou trop sexualisé sera à proscrire.

Quand tous les participants auront écrit, Stéphane ajoutera un texte conclusif (sa propre contribution) et hop ! nous aurons rédigé un livre ensemble. En parallèle, nous aurons aussi travaillé au choix d’un titre et d’un visuel pour un projet de première de couverture ; et, une fois, le livre terminé et (re)lu par tous, il faudra s’accorder ensemble sur un texte d’accroche pour la 4ème de couverture.

J’espère enfin qu’il sera possible d’imprimer quelques exemplaires de notre œuvre, et surtout de la partager avec du public à l’occasion d’une lecture à plusieurs voix (et à préparer tous ensemble), organisée par la médiathèque à une date et dans un contexte qui, vu la situation sanitaire en cours, reste à déterminer. Et enfin, nous ferons réellement connaissance.



[1] Définition officielle possible du cadavre exquis dans son acceptation d’origine : « L'expression désigne un jeu inventé par les surréalistes en 1925 (dont André Breton). Il consiste à commencer une phrase et la faire terminer par les autres, sans tenir compte des extraits précédents. Ce jeu s'est étendu à tous les arts. »


 

 

Go to top